Stefano Pasini

  

Une histoire des platines Bourdereau

 

par Mr. Philippe Perez 

 

La firme BOURDEREAU, disparue depuis la fin des années 60, était spécialisée dans le matériel électronique pour le cinéma et elle était basée 262 rue de Belleville à PARIS 20ème. Fin des années 50, la marque proposait des magnétophones et des tourne-disques de radiodiffusion selon le cahier des charges de la Radio télévision Française (ancêtre de RADIO FRANCE) Elle était en concurrence avec d'autres firmes comme LIE BELIN,  TOLANA, mais aussi CLEMENT (Ces marques tomberont dans le giron de SCHLUMBERGER à la fin des années 60).

BOURDEREAU fabriquait donc des tourne-disques, qui comprenaient outre la platine mécanique, les amplis de ligne permettant d'envoyer le signal (la modulation ) directement vers  une console de mixage. On notera évidemment que les ampli fonctionnaient avec des tubes et non des transistors. C'était un matériel d'une extraordinaire robustesse, et aux dires des utilisateurs, ils ne tombaient jamais en panne. Je les ai vu fonctionner pendant 14 heures de suite, 7 jours sur 7 sans aucun soucis, pendant 10 ans.

Ils étaient extrêmement lourds ( presque 100 kilos).

 

Ils étaient dotés de 4 vitesses, des 4 courbes DIN, RIAA, BBC et RTF. Ils fonctionnaient grâce à un galet d'entraînement et étaient munis d'un contre plateau léger qui était freiné grâce à une semelle en caoutchouc fonctionnant par l'action d'un électro-aimant, pour un démarrage rapide, à l'instar des EMT 930 et autres. Le contact entre le plateau et le contre plateau était réalisé à l'aide de feutres.

 

Les amplis étaient prévus pour fonctionner avec une cellule à bobine mobile  monophonique de fabrication PIERRE CLEMENT et lors des dernières années fin 1978, 79, elles ont été équipées de cellules SHURE SC 35 C stéréophoniques avec adaptation des ampli pour le standard 47 K. Le bras de lecture était prévu pour une pression de 7 grammes, ce qui était assez important mais qui était commun avec les standards de radio de l'époque. 

Compte tenu de leur désuétude, elles ont été remplacées à RADIO FRANCE par les SCHLUMBERGER TD 222 et EMT 950 et 948 dès 1975. On en trouvait encore dans les studios jusqu'au début 80.

Je vous propose quelques photos de ma collection qui ont été prises en 1977. On peut apprécier les détails. Noter le petit haut parleur de repérage sur la droite de la photo 1….

 

Philippe Perez, p.perez6@wanadoo.fr

 

(Stefano Pasini veut remercier Mr. Perez pour la très intéressante historie des platines Bourdereau et pour les photos de son archive qu’il m’a amicalement donné pour cette page)